18 septembre – 31 janvier 2020

Exposition associée – 15e Biennale d’art contemporain de Lyon
Commissaire d’exposition : Fanny Robin

L’œuvre d’Andrea Mastrovito, prolifique et magistrale, débute par l’impulsion du dessin pour se déployer sur des matériaux composites (collages, règles, marqueterie), souvent en référence à un savoir-faire traditionnel. À la Fondation Bullukian, l’artiste élabore quatre grandes installations in situ immergeant le spectateur au sein même de l’œuvre.

Inaugurant le parcours d’exposition, l’œuvre Le monde est une invention sans futur nous invite à parcourir une installation au sol de 110m2 réalisée en marqueterie. Les représentations qui la composent sont inspirées de sept scènes issues des films des Frères Lumière, revisitées sous l’angle de notre histoire contemporaine. L’émerveillement et la légèreté présents dans le jeu des acteurs des premiers films de l’histoire du cinéma laissent ainsi place à une vision plus sombre de notre société, entre villes modernes en ruines, déplacements de populations, révoltes populaires et états d’insurrections.

Vue de l'exposition Le monde est une invention sans futur, 2019 © Fondation Bullukian
Vue de l'exposition Le monde est une invention sans futur, 2019 © Fondation Bullukian

De la même manière, NYsferatu – Symphony of a Century, projeté pour la première fois en France, fait revivre le film de Friedrich W. Murnau (1922) avec New‐York et l’enjeu migratoire comme toile de fond de cette nouvelle fresque contemporaine.

Progressivement, au fil de l’exposition, l’agitation et la mélancolie cèdent place à l’idée de régénération et d’espoir. Suite à la traversée du jardin de la Fondation Bullukian, les installations d’Andrea Mastrovito deviennent lumineuses et rayonnantes, à l’image d’une nouvelle renaissance. L’artiste propose ainsi une relecture du présent caractérisée soit par la mélancolie d’un destin inéluctable, soit par l’enchantement d’une vie qui naît toujours de sa propre destruction.

INFORMATIONS PRATIQUES

Cette exposition est réalisée en partenariat avec la Galerie Michela Rizzo, la Galerie Wilde et la Fondation Fondachal sous égide de la Fondation Bullukian.

Né en 1978 à Bergame, Andrea Mastrovito vit et travaille entre Bergame (Italie) et New‑York (États‑Unis). 

andreamastrovito.com

Découvrir aussi