Français | English  
Bienvenue sur le site de la Fondation Bullukian : Innovation, culture, solidarité
Drop Down Menu  
 
 

 

Abonnement

Newsletter
  Mentions légales

 

 
 
RETROSPECTIVE DES DERNIERES EXPOSITIONS
2019

Jérémy Gobé - Anthropocène 
du 18 septembre 2019 au 5 janvier 2020  - Prolongation : jusqu'au 30 janvier 2020
Exposition associée à la 15e Biennale d'Art Contemporain de Lyon
Commissaire d'exposition : Fanny Robin, Directrice artistique de la Fondation Bullukian

 

Suite à une résidence au sein de l’entreprise Saint‑Gobain Weber France, Jérémy Gobé crée Anthropocène, un projet artistique engagé conjuguant création, science, industrie et développement durable. 


Lire la suite >

  
 

À l'occasion de la 15e Biennale d'Art Contemporain de Lyon, Jérémy Gobé dévoile à la Fondation Bullukian une installation monumentale inédite sur la façade extérieure du jardin de son centre d’art. Développée à partir d'un mortier minéral formulé de manière à avoir une empreinte COduite, Anthropocène vise à illustrer les réponses aux défis contemporains de notre société et à matérialiser de nouvelles possibilités de construction plus respectueuses de l’environnement.

Cette installation est enrichie par un ensemble de sculptures formant un parcours de déambulation dans le jardin de la Fondation BullukianEnsemble, les œuvres symbolisent l’espoir d’une création artistique respectueuse de l’environnement, associée à une construction écologique et durable.

Jérémy Gobé nous donne ainsi à voir un nouvel écosystème vertueux où l’art est tour à tour vecteur de sensibilisation aux défis contemporains et inspirateur de solutions concrètes. 


Né en 1986 à Cambrai, Jérémy Gobé vit et travaille à Paris (France).

www.jeremygobe.info

Cette exposition est réalisée en partenariat avec Saint-Gobain Weber France et le monastère royal de Brou, avec la collaboration de Vincent Façade, Milky Blue Factory, iGuzzini et Elisabeth Caravella. 

Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
       
        

Andrea Mastrovito - Le monde est une invention sans futur

du 18 septembre 2019 au 5 janvier 2020  - Prolongation : jusqu'au 30 janvier 2020

Exposition associée à la 15e Biennale d'Art Contemporain de Lyon

Commissaire d'exposition : Fanny Robin, Directrice artistique de la Fondation Bullukian

 
L'œuvre d'Andrea Mastrovito, prolifique et magistrale, débute par l’impulsion du dessin pour se déployer sur des matériaux composites (collages, règles, marqueterie), souvent en référence à un savoir-faire traditionnel. À la Fondation Bullukian, l’artiste élabore quatre grandes installations in situ immergeant le spectateur au sein même de l’œuvre.

Lire la suite >

 
 

Inaugurant le parcours d’exposition, l’œuvre Le monde est une invention sans futur nous invite à parcourir une installation au sol de 110m2 réalisée en marqueterie. Les représentations qui la composent sont inspirées de sept scènes issues des films des Frères Lumière, revisitées sous l’angle de notre histoire contemporaine. L’émerveillement et la légèreté présents dans le jeu des acteurs des premiers films de l'histoire du cinéma laissent ainsi place à une vision plus sombre de notre société, entre villes modernes en ruines, déplacements de populations, révoltes populaires et états d’insurrections.

De la même manière, NYsferatu - Symphony of a Century, projeté pour la première fois en France, fait revivre le film de Friedrich W. Murnau (1922) avec New‐York et l'enjeu migratoire comme toile de fond de cette nouvelle fresque contemporaine.

Progressivement, au fil de l’exposition, l’agitation et la mélancolie cèdent place à l’idée de régénération et d’espoir. Suite à la traversée du jardin de la Fondation Bullukian, les installations d’Andrea Mastrovito deviennent lumineuses et rayonnantes, à l’image d’une nouvelle renaissance. L’artiste propose ainsi une relecture du présent caractérisée soit par la mélancolie d’un destin inéluctable, soit par l’enchantement d’une vie qui naît toujours de sa propre destruction.

 

Né en 1978 à Bergame, Andrea Mastrovito vit et travaille entre Bergame (Italie) et New‑York (États‑Unis). 

andreamastrovito.com

 

Cette exposition est réalisée en partenariat avec la Fondation Fondachal, sous égide de la Fondation Bullukian, Wilde Gallery et Galleria Michela Rizzo. 

 
 

Autour de l'exposition

Rencontre et projection avec l'artiste Andrea Mastrovito

Jeudi 30 janvier 2020 à 19h 

 
 
Pour célébrer la fin de son exposition « Le monde est une invention sans futur », la Fondation Bullukian vous invite à une soirée exceptionnelle en présence de l'artiste Andrea Mastrovito.

Au programme : échanges avec l'artiste et la commissaire d'exposition, Fanny Robin, avant-première exclusive du trailer et des extraits de son nouveau projet I am not legend, dédicace du catalogue de l'exposition. 


Entrée libre.  

 

À propos de "I am not legend"

 

I am not legend commence là où NYsferatu se termine, dans un monde détruit qui a sacrifié sa liberté au profit de la sécurité et finit par perdre les deux à la fois. À travers l’animation de plus de 50 000 planches où l'impression digitale se mêle à la peinture et à l'effacement, I am not legend réinterprète le film La nuit des morts vivants (1968) de G. Romero. 

 

Dans sa version animée, Andrea Mastrovito efface tous les morts vivants et change le scénario de manière à ce que chaque personnage s’exprime seulement à travers les citations des plus célèbres films, livres et chansons de nos temps.  Avec son humanité entièrement anéantie, le film engage une réflexion sur la perte d'identité et de mémoire de notre époque.

 

Projet soutenu par le programme du Conseil italien (6e édition, 2019) pour promouvoir l'art contemporain italien dans le monde par la Direction générale de la créativité contemporaine et de la régénération urbaine du Ministère italien du patrimoine culturel et des activités et du tourisme.

Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
       
        
 Rêveries lumineuses
Projet présenté dans le cadre de la Fête des Lumières 2019
du 5 au 8 décembre 2019
 
Ce projet, pensé à l’occasion des 500 ans de la disparition de Léonard De Vinci, est conçu comme un parcours immersif au cœur d'un cabinet de curiosités optiques inspirés des travaux de l’artiste sur l’ombre et la lumière.

Sept machines lumineuses et installations mécanoptiques seront présentées sous forme de parcours sensoriel, visuel et sonore pour inviter à une déambulation entre arts, sciences et techniques.


Lire la suite >

 
Projet piloté par l’Université de Lyon et l’ENSATT. Direction artistique : Christine Richier, Tom Huet, Julie Lola Lanteri, Frédérick Borrotzu.

 

Avec le soutien de : la Fabrique de l’Innovation, l'École Urbaine de Lyon, les Halles du Faubourg, la Fondation Bullukian, ENVIE Rhône-Alpes, la Métropole de Lyon, l'IDEX Lyon, l'Université Lumière Lyon 2 - Master MAAAV, l'INSA de Lyon - Sections Arts Plastiques-Études et Théâtre-Études, le CNSMD de Lyon - classe de Composition à l’image, le Lycée la Martinière Duchère - classe de BTS Biotechnologies, l'École Boisard, la Mission Locale de Lyon, la Compagnie Eolo, le Centre social et culturel de Champvert, le Centre social Saint-Just, l'association Astech, la Compagnie Testudines, Sainbiose.

 

En savoir + 

       
        
Concert pour une Nouvelle Forêt de Guillaume Barth

Exposition du 6 juin au 27 juillet 2019

Lauréat du Prix Bullukian 2017

 

Lauréat du Prix Bullukian 2017, Guillaume Barth présente pour la première fois dans le jardin de la Fondation Bullukian son installation immersive Concert pour une Nouvelle Forêt.


Lire la suite >

 
 

S’appuyant sur de récentes recherches scientifiques, Guillaume Barth part du postulat que les arbres communiquent entre eux et sont capables de transmettre des informations à leur environnement à travers un langage qui leur est propre. 


Pendant plus de trois ans, l’artiste a retranscrit les données observées auprès de 130 chênes, présentés lors de l’exposition. Il en résulte la composition de partitions musicales surprenantes. 


Guidé par les observations minutieuses de la nature, nourri par des lectures philosophiques et porté par des savoirs ancestraux, l’artiste fait renaître des mondes oubliés, nous dévoilant ainsi de nouveaux horizons sonores et visuels. 

 

Par cette attention si particulière portée aux cycles des saisons et au langage de la nature, mais aussi par sa compréhension des forces et énergies en mouvements, Guillaume Barth nous rappelle que le monde végétal est plus que jamais indispensable à notre avenir. 

 

Cette exposition est réalisée en partenariat avec Grame Centre national de création musicale et l’ENSATT École nationale supérieure d’arts et techniques du théâtre de Lyon.

Ce projet bénéficie également du soutien de la Région Grand Est et de la DRAC Alsace. 

Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
       
        
Combien de fleurs ont dû tomber ? - Lionel Sabatté 
Parcours artistique à Lyon du 21 mars au 21 juin 2019
 
 
Au printemps 2019, la Fondation Bullukian est partenaire du parcours artistique inédit consacré à l'artiste français Lionel Sabatté à travers la ville de Lyon. À la croisée des cultures chinoise et lyonnaise, ce parcours réunit trois lieux culturels emblématiques : le Nouvel Institut Franco-Chinois, les Musées Gadagne et la Fondation Bullukian, autour des oeuvres de Lionel Sabatté.

Lire la suite >

 
 
À cette occasion, la Fondation Bullukian, en partenariat avec la Fondation de L’Olivier, présente une sculpture inédite en bronze réalisée par l’artiste. Une grue au plumage "couleur de rouille" prendra son envol depuis la cour d'honneur de la Fondation Bullukian, rendant hommage à ce grand oiseau migrateur devenu l’emblème national chinois et symbolisant l’un des grands principes de la pensée du Taoïsme : celui d’une perpétuelle évolution.

Highslide JS
Highslide JS
       
        
Space Utopia - Vincent Fournier
du 14 mars au 18 mai 2019
 

Vernissage : jeudi 14 mars à 19h en présence de l'artiste

 

Vincent Fournier, artiste diplômé en sociologie et de l’École nationale supérieure de la photographie d’Arles, a fait sienne l'invitation aux rêves et aux défis que pose la conquête cosmique. C’est ainsi que depuis dix ans, il ne cesse de parcourir le monde à la recherche de lieux, de situations ou de rencontres en lien avec l’exploration spatiale.


Lire la suite >

 
 
 
De Baïkonour à Grenoble, en passant par les Etats-Unis, l’Asie, l’Inde, la Russie ou la Norvège, l’artiste sillonne la planète afin de se confronter à de nouveaux espaces et territoires, comme une quête sans limite à la poursuite de ces mondes imaginaires.

Photographe du merveilleux, mais pas du sensationnel, Vincent Fournier procède ainsi à l’exploration méthodique de ces lieux presque virtuels, tant ils paraissent insaisissables et lointains. Les architectures vernaculaires des salles de machines ou d’entrainements des astronautes dépeignent ainsi un monde mécanique et robotique, où câbles et réseaux interconnectés font face à des paysages naturels ou merveilleux, désolés ou vertigineux.

Cette exploration prouve une fois encore que la porte d’accès à cet ailleurs, tant idéalisée, demeure pour l’Homme une source d’émerveillement éternelle.

Fanny Robin, commissaire de l'exposition


Cette exposition bénéficie du soutien de l’agence Insign, de Picto et de JC Decaux.

Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
       
        
Tutundjian / Di Fabio
du 19 janvier au 23 février 2019

Prolongation de l'exposition d'Alberto Di Fabio du 15 mars au 30 mars 2019
 

À l’issue de deux années de travaux, la Fondation Bullukian ouvre son centre d’art avec la présentation d’un ensemble d’œuvres de Léon Tutundjian dialoguant avec celles d’Alberto Di Fabio.


Lire la suite >

 
Présente dans de grandes collections publiques et privées, l’œuvre de Léon Tutundjian (1905-1968) s’impose peu à peu comme une contribution majeure à l’histoire de l’art de l’entre-deux-guerres. Membre fondateur des mouvements Art concret (1930) puis Abstraction-Création (1931), il a activement participé aux développements de l’art abstrait géométrique, et fait partie de ces rares artistes ouverts à l’idée de synthèse entre abstraction et surréalisme, raison et émotion, formes construites et formes organiques, donnant matière à des visions biomorphiques fascinantes.

 

Comme celle de Léon Tutundjian, la peinture d’Alberto Di Fabio relève de l’art abstrait et de l’art gestuel tout en étant pleine de références concrètes et scientifiques, inspirées autant de l’astronomie que de la biologie, du macro que du micro cosmos. Depuis plusieurs années, Alberto Di Fabio construit son œuvre dans la recherche constante d’un souffle cosmique pour nous donner à voir des mondes merveilleux où neurones et photons, étoiles et galaxies, se chevauchent dans des combinaisons fluides, vibrantes et colorées.

 

À la confluence de l’art et des sciences, ces deux œuvres touchent au cycle énigmatique de la vie. 

 

Cette exposition est réalisée en partenariat avec la Fondation Léon Tutundjian et l’UGAB France.
 
 
Ouverture exceptionnelle dans le cadre des Journées de la Fondation Tutundjian samedi 19 janvier (14h-19h) et dimanche 20 janvier 2019 (13h-18h) 
 

Samedi 19 janvier 2019 (14h-19h)

 

14h : Ouverture au public

15h : Conférence de Guitemie Maldonado, Historienne de l’Art.

17h : Concert autour d’œuvres de Komitas-Aslamazyan et Borodine. 
Sous la direction de Jean-Marie Gardette, avec le soutien de la Fondation Bullukian. 

Dimanche 20 janvier 2019 (13h-18h)

Visite libre en présence des fondateurs et responsables de la Fondation Léon Tutundjian 
 

 

Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
Highslide JS
       
        
Retrospective 2020
 
 
Retrospective 2018
 
 
Retrospective 2017
 
 
Retrospective 2016
 
 
Retrospective 2015
 
 
Retrospective 2014
 
 
Retrospective 2013
 
 
Retrospective 2012
 
 
Retrospective 2011
 
 
Retrospective 2010
 
 
Retrospective 2009
 
 

 
FONDATION RECONNUE D'UTILITÉ PUBLIQUE